La Caisse des Dépôts présente depuis 200 ans en Anjou

La Caisse des Dépôts célébrait en 2016 le deux centième anniversaire de sa création.

A l'occasion de ce Bicentenaire, une collaboratrice de sa direction des retraites et de la solidarité a composé un ouvrage de plus de 300 pages retraçant l'histoire et l'action de la Caisse des Dépôts en Anjou.

C'est ainsi que depuis 1910 un de ses principaux sites de gestion de régimes de retraite et de fonds de solidarité est installé à Angers.

Lire La Caisse des Dépôts, 200 ans en Anjou.

Son auteure, Laurence Joignon, nous présente son travail et le contenu de cet ouvrage.

Pouvez-vous nous détailler ce que rassemble cet ouvrage d'un peu plus de 300 pages ?
Près de 10 000 photographies de documents d’archives internes, d’archives départementales et d’archives municipales ont été analysées. A cela il faut ajouter 2 800 photographies provenant des fonds de nos anciens ou réalisées à l’occasion et pour lesquelles les droits ont été demandés auprès de 72 fournisseurs.
Des « groupes mémoires » avec les anciens directeurs de l’établissement d’Angers, nos retraités et nos actifs ont été organisés, ils représentent 240 pages de transcription et environ 20 heures de films.

Quelle a été votre méthodologie de travail ?
Elle repose sur deux disciplines, l’histoire et l’ethnologie toutes deux appliquées à la culture d’entreprise. En parallèle, cet ouvrage met en avant la contribution de la Caisse des Dépôts en matière de développement des territoires.

Quelle est la principale thématique abordée dans votre ouvrage ?
Il s’agit de l’analyse de la « décentralisation » de la Caisse des Dépôts sur un territoire donné qui est selon moi une richesse partagée à savoir entre le territoire et notre établissement. Notamment en termes d’aménagement, la Caisse des Dépôts a permis l’implantation d’un collège public de jeunes filles, a participé à la restructuration d’une friche industrielle urbaine de la ville d’Angers dans les années 60, puis dans les années 90 à la réhabilitation d’une friche ferroviaire.
Par ailleurs, la Caisse des Dépôts est l’un des principaux employeurs en Anjou, justifiant l’existence du pôle de compétitivité Assurance/Banque. L’établissement d’Angers a accueilli l’une des trois premières Délégations régionales et a modernisé à la fois le système informatique de de gestion d’un régime de retraite complémentaire par points et a su innover en matière sociale.
En contrepartie de ses investissements financier et humain, la Caisse des Dépôts s’enrichit de la culture locale dont sont porteurs ses collaborateurs.

Comment ces thématiques sont-elles traitées dans le livre ?
Elles le sont notamment à travers l’histoire de vie des affiliés, illustrant les différents fonds gérés par la Caisse des Dépôts : légion d’honneur, fonds Saint-Domingue, Caisse nationale pour la vieillesse puis CNRV (les rentes), retraites ouvrières et paysannes, Caisse des mines, Ircantec etc.
A travers ces exemples, on croise l’histoire sociale de la France et de ses régions, faite de déplacements, de guerres, de migrations, de misères, mais aussi de voyages, de découvertes et progrès sociétaux, comme par exemple l’institut de jeunes sourds de Toulon.
Mais aussi pour le développement territorial à travers deux cartographies des projets réalisés par les Villes d’Angers et de Cholet, en lien avec la Caisse des Dépôts, depuis la fin du 19e siècle : les réseaux de distribution d’eau, l’assainissement, la voirie, les zones industrielles et commerciales, les logements sociaux, les projets éducatifs et culturels, les équipements sportifs et touristique, et plus récemment les projets environnementaux.

Haut de page