Questions Retraite & Solidarité - Les études n°23

Profiter de la retraite le plus longtemps possible, la principale motivation de départ

Le numéro 23 de Questions retraite & solidarité –  Les études est consacré à l’enquête sur les motivations de départ à la retraite qui a été réalisée en 2017 auprès de fonctionnaires d’Etat, territoriaux et hospitaliers venant de prendre leur retraite. Il présente les résultats de cette enquête s’agissant notamment des motifs ayant contribué au départ à la retraite, des conditions de ces départs, du niveau d’information sur le calcul de la retraite ainsi que des profils qui se dégagent en matière de comportement de départ.

Selon cette enquête, 56 % des nouveaux retraités issus de la fonction publique affirment être partis à la retraite quand ils l’ont souhaité. Pour plus de trois retraités sur quatre, profiter de sa retraite le plus longtemps possible reste la principale raison évoquée. Mais pour les 20 % des pensionnés ayant les montants de retraite les plus élevés, le motif « avoir atteint un niveau de pension suffisant » est le plus souvent cité. Parmi ceux qui prolongent leur activité, les raisons financières sont les plus fréquemment mentionnées, à l’exception des retraités plus aisés qui avancent davantage l’intérêt de l’emploi ou les conditions de travail satisfaisantes. Quant à la connaissance des dispositifs liés à la retraite, celle-ci s’améliore par rapport à la précédente enquête : huit retraités sur dix de la fonction publique se disent bien informés.

Cette étude a mobilisé les données issues de la 4éme vague de l’enquête motivation de départ en retraite réalisée sur les nouveaux retraités ayant liquidé leur pension de droit direct entre juillet 2015 et juin 2016. L’enquête motivation de départ à la retraite s’adresse aux nouveaux retraités du secteur privé (percevant une pension du régime général) et aux nouveaux retraités de la fonction publique. Dans le cadre de cet article, l’analyse est ciblée sur les nouveaux retraités percevant une pension de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) ou du service des retraite de l’Etat (SRE). Cette étude est le résultat d’un travail conjoint entre la Caisse des dépôts, gestionnaire de la CNRACL, et du SRE afin de donner une analyse globale sur les trois versants de la fonction publique.

La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) couvre le risque vieillesse et invalidité permanente des fonctionnaires hospitaliers et territoriaux. Quant aux fonctionnaires civils et militaires de la fonction publique de l’État, ils sont couverts, pour le risque vieillesse et invalidité, par le Service de retraite de l’Etat (SRE).

Publication publiée avec les tags :

Haut de page