CNRACL : Une nouvelle cagoule plus protectrice pour les sapeurs-pompiers

A l’issu d’un rapport publié le 7 juillet dernier sur les risques relatifs aux fumées d’incendie pour les sapeurs-pompiers, dans le cadre de la prévention sanitaire, un groupe de travail composé des représentants du Fond de prévention de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales (CNRACL), régime géré par la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des Dépôts, de la Direction générale de la sécurité civile et la gestion des crises (DGSCGC) et d’experts indépendants a mis au point une cagoule capable de filtrer plus de 90 % des fumées et substances toxiques produites lors des interventions incendies.

En mars 2017, la CNRACL rendait public un premier rapport sur les risques des fumées, qui préconisait la mise en œuvre de 43 mesures mais aussi l’évaluation de l’efficacité de filtration des cagoules utilisées par les sapeurs-pompiers. Afin de concrétiser les résultats de cette étude, un  groupe de travail, auquel participe activement les équipes retraites et de la solidarité, au titre de la CNRACL, et la DGSCGC est créé en décembre 2018, avec pour objectif d’élaborer un nouveau prototype de cagoule.

Une évolution technologique majeure

Ce travail conjoint des équipes a permis d’aboutir à l’élaboration d’un prototype de cagoule capable de filtrer – a minima- plus de 90 % des fumées et substances toxiques produites lors des interventions et sans gêner les capacités respiratoires. En moins d’un an, il aura été conçu, testé et validé, la CNRACL ayant financé les tests auprès d’un laboratoire indépendant sur les prototypes de ce nouveau matériel, la conception étant restée du ressort de la DGSCGC en lien avec les fabricants.

«Ce prototype représente une avancée majeure dans la prévention des risques vis-à-vis des fumées toxiques et des particules fines », souligne le groupe de travail qui a rédigé ce rapport et conçu la cagoule.

La DGSCGC a diffusé en décembre 2019 un référentiel technique portant le label de la sécurité civile française pour le prototype de ce nouvel équipement. Et si la crise sanitaire a ralenti le processus, les industriels s’étant concentré sur la fabrication de masques de protection, les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) ont pu dès avril dernier procéder à des commandes publiques, en premier lieu pour les départements du sud.

Lire le deuxième rapport sur les risques relatifs aux fumées d’incendie pour les sapeurs-pompiers, publié le mardi 7 juillet

Haut de page